oeil Alors ce soir au dîner, je vous propose la recette suivante :

  • une base de 24H Chrono
  • une bidasse bien française
  • un soupçon d’Anonymous pour être à la mode
  • de la crème électorale
  • saupoudré d’un enregistrement rappelant par moment du Saw

Et on obtient … Aux yeux de tous. Bon, c’est sûr, j’y suis allé avec un méchant a priori sur le film et principalement la partie “hacking”. Faut être réaliste, nous remettre un coup d’Anonymous pour faire passer la pillule c’était un peu trop à mon goût (mais c’est un autre débat).

Le film démarre et je subis clairement les premières minutes, tant que notre cher Martin, le pirate, ne fait qu’être spectateur. Entre l’environnement permettant tout et n’importe quoi, la beauté dans la bascule des écrans, le tout accessoirisé par Microsoft … et j’en passe des meilleurs … Quoi que non je ne passe pas … La caméra passera rapidement et furtivement sur les écrans pour nous montrer des pseudos lignes de commande ou de code … et s’attardera parfois sur des écrans de toute beauté pour les connaisseurs. Un exemple ? Dans le film :

1
$ pstree -l 13278

(on s’en fout du nombre …) donne en résultat … une recherche sur la présence d’une nana dans tous les hopitaux parisiens … C’est magique. Dans la réalité, pstree affiche un arbre des processus d’un système Linux (un arbre permettant de savoir de quel programme un autre programme dérive, pour faire simple).

1
$ pstree

renvoie par exemple

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
init─┬─atop
     ├─cron
     ├─6*[getty]
     ├─master─┬─anvil
     │ ├─pickup
     │ └─qmgr
     ├─mysqld_safe─┬─logger
     │ └─mysqld───19*[{mysqld}]
     ├─openvpn
     ├─pdns_server─┬─pdns_server───11*[{pdns_server}]
     │ └─{pdns_server}
     ├─postgrey
     ├─snmpd
     ├─sshd───sshd───sshd───bash───sudo───su───bash───pstree
     ├─syslog-ng───syslog-ng
     └─udevd───2*[udevd]

Le “-l” ? Il permet un affichage dit “long” donc avec plus d’infos. Le nombre ? De démarrer à un certain niveau directement.

Bref on est à des années lumières d’une recherche sur des bases d’hôpitaux. On continue ? Les caméras : peu importe que cela soit des caméras de sécurités, des globes de banque, de boutiques, etc etc … Toutes ont du son : c’est tout simplement parfait pour espionner. On pourrait continuer longtemps sur les incohérences … Donc autant en faire abstraction sinon on sort direct de la salle de cinéma. Passé un bon gros 20/30 minutes, le film se dynamise un peu et nous rappelle qu’on est au cinéma pour se divertir … L’histoire sur l’attentat suit son cours puis vient nous rappeler que n’importe quel média peut être manipuler … parfois (?) par les politiques. On pourrait se dire que le film tombe bien ? Peut être trop … Quoi qu’il en soit, le film me laisse un goût amer, mélangeant les questions qu’on est en droit de se poser sur l’actualité de ces dernières semaines, à une mauvaise réalisation qui rend l’ensemble assez indigeste. Pour faire simple : le potentiel du film est clairement gâcher. Ok le budget du film minime, sa sortie en salle assez confidentielle, mais bon :

  • la réalisation ferait échouer le candidat aux épreuves universitaires
  • le hacking nous rappelle à quel point notre “science” ressemble à du chinois (d’ailleurs ils auraient mis des caractères à la Matrix j’aurais préféré …)
  • les effets visuels (l’explosion de l’attentat en tête de file) ne sont même pas au niveau des Gobelins

Dommage : le synopsis était sympa, le parti pris de n’avoir que des images “de webcam/cam de sécurité/…” audacieux … mais le reste échoue lamentablement. Bref, à voir si vous vous posez encore des questions sur ce que vous voyez dans les médias ou que vous voulez rire des Script Kiddies membre des Anonymous et dans tous les autres cas … A FUIR !

Updated: